Ministère de l’intérieur                                     Nice le 26 septembre 1925

Commissaire spécial Nice

n°3172

Au sujet du journal « Le Végétalien »

à Monsieur le préfet des Alpes-Maritimes

Référence à votre note en date du 11 septembre courant, j’ai l’honneur de vous adresser ci-dessous les renseignements recueillis sur le journal Le Végétalien.

Le Végétalien, Tribune libre des végétaliens, paraît le 15 de chaque mois. La rédaction et l’administration de ce journal qui était jusqu’à janvier 1925 à Vence, chez Butaud, tenancier de café en cette ville, ont été transféré à Ermont (Seine-et-Oise), 131 rue Saint-Gratien, nouvelle résidence de Butaud.

Ce journal ne paraît pas d’une façon régulière. En hiver, il est édité à peu près tous les mois, mais pendant la période d’été les numéros paraissent à des dates assez variables.

Le tirage n’est pas élevé, à peine mille exemplaires par numéro.

Le Végétalien, organe anarchiste, s’occupe de questions alimentaires et des méthodes d’existence (retour à la vie commune primitive) préconisées par les anarchistes. La plupart des articles émanent de Butaud, de Sophie Zaïakowska, de la doctoresse Pelletier.

Parfois on trouve des articles traitant du communisme et du syndicalisme ; ils sont plutôt rares. En résumé, aucune ligne politique proprement dite.

Ces publications sont vendues surtout à Nice et dans la région parisienne. On les trouve aux foyer végétaliens de Paris, 40 rue Mathis et 180 bis rue Trudaine et au Foyer végétalien de Nice, 3 rue Fodéré.

Document site Libération animale.

Ce journal est surtout inspiré par l’anarchiste Butaud, qui vécut assez longtemps dans la région de Vence d’où il partit brusquement au début de janvier 1925, sans qu’il ait été possible de savoir pour quel motif il avait vendu son établissement.

Les frais d’impression paraissent être supportés par les quêtes et les souscriptions faites dans les foyers végétaliens et les groupements anarchistes de France.

Le Végétalien est imprimé par une petite imprimeur de Nice, le nommé Rosenstiel, qui a son atelier au numéro 14 de la rue des Deux Emmanuel, et qui est en relation assez suivies avec les militants extrémistes de Nice.

***********

Direction de la Sûreté générale                                      Nice le 4 février 1927

Commissariat spécial de Nice

n°897

Au sujet de la surveillance du journal « Le Végétalien »

au préfet des Alpes-Maritimes

Le Journal Le Végétalien est imprimé à Nice, 14 rue des Deux Emmanuel.

L’imprimeur, M. Rosenstiel Emile Stéphane, est né à Joinville (Haute-Marne) le 24 février 1893, de Henri Auguste et de Chapuis Appolonie. Il est en même temps le gérant de ce journal.

Dans la Tribune libre, des végétaliens se livrent à des études philosophiques et font de la propagande en faveur des théories et pratiques végétaliennes.

Tout en se défendant de faire de la politique, ils y exposent leurs conceptions et leurs opinions parfois libertaires.

Crée en 1925, le Végétalien devait paraître mensuellement. En réalité, il ne paraît pas régulièrement ; c’est ainsi qu’en 1926, il n’a pas paru d’avril à octobre.

Son tirage est de 1.000 brochures vendues 3 francs pièce.

Il est international et à ce titre expédié aux abonnés dans les cinq parties du monde. Ceux-ci le diffusent dans les Centre végétaliens. C’est ainsi qu’il est mis en vente ou en lecture à Paris, 40 rue Mathis et 180 bis rue Tolbiac et à Nice, 3 rue Fodéré, au siège des Foyers végétaliens ou Trait d’Union.

La direction en est confiée à Mme Zaïkowska, demeurant 131 rue Saint-Gratien à Ermont (Seine-et-Oise).

Parmi les collaborateurs, on compte : H. Tricot ; Marie Blossier ; Daudé-Bancel ; Docteur Spiess ; doctoresse Pelletier ; docteur Chauvois ; (illisible) ; Lagache ; V. Bréhamet ; M. Talens Marie Jean ; E. Barthélémy ; Bourguignaux ; Le Piouff, etc…. presque tous de Paris et de la région du Nord. M. Georges Butaud, libertaire, aujourd’hui décédé, et qui avait tenté de créer un Foyer végétalien à Vence, y donnait aussi sa collaboration. Il en est de même du docteur Grober, Directeur de la Colonie végétalienne de Courmettes s/Loup.

En février et mars, le docteur Spiess et les principaux collaborateurs viendront à Nice y donner une série de conférences.

SOURCE : Arch. Dép. Des Alpes-Maritimes 4 M 487 Surveillance de la presse 1920-1940

ICONOGRAPHIE : Libération animale, humaine et planétaire.