Préfecture de police

Direction générale des recherches

2e brigade

Cabinet 1er bureau

Réunion des Naturiens 69 rue Blanche

Le 22 mai 1895

Hier soir a eu lieu, 69 rue Blanche, une réunion du groupe des Naturiens.

Sébastien Faure, qui était attendu, ne s’est pas présenté à cette réunion à laquelle six personnes seulement ont assisté.

La séance est ouverte à 9 heures ½. On n’a pas formé de bureau.

Gravelle a développé ses théories habituelles sur l’état « naturien ».

Il a dit qu’il trouvait la vie des hommes préhistoriques plus belle que celle qui est faite actuellement aux civilisés et s’est plaint de ce que quelques journaux s’occupant récemment de cette question l’aient mal comprise.

« Nos aïeux, a-t-il avancé, ont bien vécu à l’état de nature sur le sol même que nous habitons, pourquoi n’en pourrions-nous pas faire autant. »

Il a ensuite prétendu avoir vu des indiens de l’Amérique du Sud subsister sans travailler au milieu de leurs forêts et déclare qu’il enviait leur sort.

« Cependant, a-t-il ajouté, pour qu’il soit possible aux hommes d’Europe de retourner à l’état naturel, il faudrait qu’une immense hécatombe en réduise le nombre et, paralysant toute industrie, permette à la terre de se recouvrir des vastes forêts qui verdissaient le sol il y a quelques milliers d’années.

Un assistant a combattu les théories de Gravelle et à parlé au contraire en faveur du communisme.

« Sous ce régime, a-t-il dit, chacun serait forcé de travailler alors que dans l’état préconisé par Gravelle le plus fort subsisterait aux dépens du plus faible.

Bariol, qui est arrivé à 10 heures 45, à fait connaître que Sébastien Faure était indisposé.

La séance a été levée à 11 heures.

Le commissaire de police.

Source : Archives de la Préfecture de police Ba 1508

Lire le dossier Les Naturiens, des anarchistes précurseurs de l’écologie politique