Né vers 1865, marié, ouvrier tisseur à Roubaix, propagandiste par le fait.

Anarchiste depuis 1893, Edouard Marlo quitta sa femme fin février de la même année et se trouva hébergé chez un compagnon. L’idée lui vint alors de tuer un patron pour mettre en application ses idées. Il acheta un tranchet.

Le 2 mars 1894, Florimond Cauchies, patron tisseur, regagnait son usine, lorsque, d’un groupe d’ouvriers stationnant devant son établissement, se détachait Edouard Marlo qui avait quitté cette entreprise volontairement, quelques jours auparavant. Il se jeta sur l’employeur, sans dire une parole et lui porta près de l’oreille, un violent coup de tranchet.

Une lutte s’engagea et M. Cauchies reçut encore deux autres blessures plus légères à la tête mais il parvint à se dégager et à s’enfuir à l’intérieur de l’usine.

Marlo fut arrêté, il déclara que son intention était de tuer soit le propriétaire, soit le directeur du tissage : « Je voulais tuer et si je n’ai pas tué, c’est parce que je n’ai pas réussi, car j’avais frappé de façon à faire des blessures mortelles. Je suis anarchiste depuis un an mais c’est seulement depuis lundi que j’ai résolu de mettre mes théories en application. »

La cour d’assises du Nord le condamna à la peine de mort 28 mai 1894. Cet arrêt fut cassé par la cour de cassation et transformé en une peine de travaux forcés, qu’il accomplit en Guyane.

SOURCES : Le Temps, 4 mars et 30 mai 1894, La Croix, 28 juillet 1894 (Gallica) – ANOM dossier H 3937 et H 624 – Arch. Nat. BB24 908 5271.