L’émeute au Pont des Arches
Dessin paru dans le Patriote Illustré. Document Ma nouvelle vie à Lîdge.

Rapport du bourgmestre de Liège M. D’Andrimont au Conseil communal le 22 mars 1886

le dimanche 21 février, M. Rutters, se disant secrétaire d’un groupement anarchiste dont la création toute récente, m’avait déjà été signalée, vint me trouver chez moi, à midi, pour me demander l’autorisation de tirer le soir, une tombola dans une réunion qu’il avait organisée au café des Quatre Nations, rue Chapelle des Clercs. Cette tombola avait pour but de favoriser une œuvre de propagande.

Je lui répondis qu’il s’y prenait trop tard, que le Collège seul avait le droit d’accorder pareille autorisation, et qu’au surplus le but poursuivi ne permettait pas de l’accueillir.

C’est ainsi que j’appris que le groupe anarchiste commençait à faire du prosélytisme, qu’il était composé de douze membres et qu’il avait réussi à trouver une quarantaine d’auditeurs.

Quelques jours après, le 14 mars, M. le commissaire de police en chef me remit deux lettres et une affiche dont voici le texte :

« Commissariat en chef. Liège, le 14 mars 1886

n°826

Ordre public

Grand meeting anarchiste.

Monsieur le bourgmestre,

J’ai l’honneur de vous informer qu’à l’occasion du 15e anniversaire de la Commune de Paris, un grand meeting public est organisé par le groupe anarchiste de Liège pour jeudi prochain, 18 mars, à 7h1/2 du soir, en la salle du Café National, place Delcour.

Ce groupe invite par la même occasion tous les ouvriers, avec ou sans travail, à se joindre à la manifestation qui aura lieu le même jour, à 7 heures du soir, place Saint-Lambert, d »où l’on partirait, musique en tête et drapeau déployé, pour le local du meeting en traversant les principales rues de la ville.

Je prendrai à ce sujet des mesures spéciales de police pour assurer le maintient du bon ordre et je vous rendrai compte de cette manifestation et du meeting.

Ci-joint un exemplaire de l’affiche annonçant ce meeting.

Le Commissaire en chef,

J. Mignon »

Affiche éditée par le Groupe anarchiste révolutionnaire de Liège appelant à un meeting et à une manifestation de commémoration du 15e anniversaire de la Commune de Paris. Document Riposte-CTE

****************************************

Commissariat en chef. Liège, le 14 mars 1886

N°826

Ordre public

Meeting anarchiste

Monsieur le bourgmestre,

Comme suite à ma lettre de ce jour, j’ai l’honneur de vous informer que je viens de transmettre à M. l’administrateur de la sûreté publique copie de l’affiche annonçant un meeting anarchiste au Café National, place Delcour, le 18 du courant, à l’occasion du 15 anniversaire de la Commune de Paris.

J’ai également fait remettre officiellement à M. le procureur du roi, une copie de la dite affiche.

Le Commissaire en chef,

J. Mignon.

****************************************

Le 17 mars, pendant la séance du Sénat, M. Rigo, chef du bureau de police, m’adressa la dépêche suivante :

« D’Andrimont, sénateur, Bruxelles.

Devriez vous pas parler à ministre justice et administrateur sûreté concernant manifestation socialiste de demain.

La réunion est fixée à 7 heures du soir, place Saint-Lambert.

Rigo »

J’informai M. le ministre de la justice qu’il y aurait le jeudi un meeting organisé par le groupe anarchiste. A la suite de cette communication, j’envoyai à M. Rigo, mon chef de bureau, la dépêche suivante :

« Télégraphiez si vous avez indice vous permettant à croire manifestation pourrait être inquiétante.

Bourgmestre, J . D’Andrimont »

Et voici le télégramme que je reçu :

« Ai vu Mignon ce matin, n’a pas de crainte pour la manifestation de demain.

Rigo »

L’état des esprits à Liège autorisait pleinement cette confiance.

Désirant quand même me trouver à mon poste, je revins le soir même à Liège, et le lendemain matin M. Rigo me remit l’appel révolutionnaire que vous connaissez et qui, parait-il, se distribuait dans les communes environnantes.

Dans le but de me renseigner sur les dispositions de la population des divers ateliers de la ville, j’invitai les commissaires de police de quartier à se rendre auprès des chefs d’établissements industriels pour leur demander si les ouvriers montraient quelque velléité de se joindre au cortège des anarchistes.

Je les priai également de surveiller les gares de Longdoz et des Guillemins à l’arrivée des trains de 5 heures et de me faire savoir immédiatement quelles personnes en descendaient.

Après-midi, je reçus du commissaire de police en chef le rapport suivant :

« Liège, le 18 mars 1886

Monsieur le bourgmestre,

J’ai l’honneur de vous adresser ci-inclus l’une des circulaires tirées, me dit-on, à 5.000 exemplaires et répandues à Liège et dans les environs comme appel aux travailleurs invités à assister au meeting organisé ce soir par le groupe anarchiste de Liège.

D’après les renseignements qui me sont communiqués, la manifestation doit suivre comme itinéraire les rues Léopold, pont des Arches, Chaussée des Prés et la place Delcour.

Le cortège n’aura pas de musique, mais en tête deux drapeaux rouges seront portés par des hommes et un drapeau noir par une femme.

Il est possible que la manifestation se rende en guise de protestation au nouveau quartier de l’Ile du Commerce.

L’état d’esprit de la population ouvrière de la ville paraît calme et il semble peu probable qu’elle se décide à participer à cette manifestation, si ce n’est à titre de curiosité.

D’après les renseignements qui me sont communiqués, la manifestation pourra comporter 250 à 300 manifestants.

Le commissaire en chef,

J. Mignon »

La Meuse 23 mars 1886

Lire la dossier : Les émeutes de Liège et du bassin de Seraing (Belgique). Mars 1886