Les manifestants arrêtés à la sortie de la réunion anarchiste furent conduits à l’Hôtel de ville de Seraing.

Avant-hier, à deux heures, a eu lieu à Seraing, salle Legrand, un meeting organisé par le groupe anarchiste de Seraing et des environs. La salle était comble. Le conseiller communal Leemans et le citoyen Jason, ont pris la parole et ont conseillé le calme. Au sortir du meeting, la foule e eu maille à partir avec les gendarmes et les lanciers. Des coups de revolver furent échangés. Un cheval s’abattit, frappé d’une balle.

Voici ce qu’ajoute à ce sujet le Journal de Liège, organe des patrons :

« Des arrestations furent opérées et les deux individus arrêtés dirigés vers la Permanence ; mais leurs compagnons tentèrent de les délivrer, et c’est alors que trois gendarmes à pied, placés en avant, se voyant assaillis à coups de pierre, firent usage de leurs armes, en prenant la précaution de relever le canon du fusil au-dessus de la tête des assaillants.

Cette première décharge fut suivie d’une rumeur sinistre et la foule recula. Les prisonniers furent conduits à l’hôtel de ville, où bientôt le parquet et les autorités, qui s’étaient redus aux abords de la salle où avait lieu le meeting, vinrent les interroger ; leur arrestation fut maintenue. Un des deux inculpés est blessé d’un coup de sabre à la tête, il a été pansé à l’hôtel de ville ».

Le Peuple 24 mars 1886

Meeting de Tilleur

Le meeting de Tilleur, tenu à la salle Sprimont dimanche, à 4 heures ½, avait attiré assez d’ouvriers. Le bourgmestre de Tilleur avait pris les mesures que nécessitait cette réunion. Un peloton de seize gendarmes veillait sous le commandement du lieutenant André de Seraing.

Les orateurs Rutters, de Liège et Van Belle de Tilleur, ont été d’une violence extrême et ont excité les ouvriers à la révolte, disant en outre, que le suffrage universel ne servirait en rien la cause des travailleurs.

Le commissaire de police de Tilleur, M. Pahaut, a requis quatre gendarmes qui ont mis la main sur le collet des deux anarchistes.

Ces individus ont été transférés hier à la prison de Liège. On a saisi sur eux des lettres de chefs socialistes liégeois. Un drapeau noir flottait sur la tribune et on distribuait aux ouvriers un journal anarchiste : Ni Dieu, ni Maître, plein d’articles faisant appel à l’émeute et à la violence.

La Meuse 13 avril 1886