La liste soutenue par Godin mise en ballotage.

Guise (Aisne). — La ville de Guise est bien débarrassée des agitateurs du parti anarchiste, mais aussi les imbéciles à la Godin sont tout à fait déçus, et pour preuve, il y a trois semaines une élection avait lieu à Guise, et malgré que le grand philanthrope Godin avait placé plusieurs de ses valets comme candidats, ces pleutres n’ont pu être élus faute d’électeurs. Sur 1800 inscrits, 300 seulement ont pris part au vote, et une centaine de voix étaient réparties sur les compagnons qui avaient été emprisonnés et privés de leur travail. Plusieurs bulletins ont été déposés dans les urnes proférant des menaces de mort contre certaines canailles qui exploitent les ouvriers sans pudeur. Pour mieux dire, on a cru tuer le parti révolutionnaire en privant de travail et en faisant emprisonner les principaux révolutionnaires, mais comme on le voit l’idée ou plutôt les principes sont debout, espérons que ce sera de même pour toutes les élections, et que les travailleurs conscients sauront faire justice de tous ces bandits qui se parent du masque de philanthrope pour mieux voler les ouvriers et les faire assassiner au besoin comme le faisait certain coquin qui siégeait à Paris au temps delà commune.

L’Idée ouvrière 12 novembre 1887