Une cartouche de dynamite explosa sur la fenêtre de l’ingénieur Vialla située à côté de l’église

Explosion de Dynamite

Bessèges, 14 novembre. — La nuit dernière, une violente détonation de dynamite s’est produite non loin de la maison de M. Vialle, ingénieur principal de la mine de Lalle. Les dégâts sont considérables, toutes les vitres de la maison sont pulvérisées. Un angle du bâtiment est même entièrement démoli. Les immeubles voisins ont été aussi fortement ébranlés. On n’a pas eu d’accident de personnes à déplorer.

Le Petit Marseillais 15 novembre 1884

Alais — On nous télégraphie que cette nuit, vers une heure, une cartouche de dynamite placée contre la fenêtre d’une maison de la Compagnie des forges de Bessèges, située près de l’église, et habitée par M Vialla, ingénieur de la Compagnie, a fait explosion.

Les débris de la fenêtre ont été violemment projetés dans la cuisine, les barreaux en fer ont été descellés ; mais on n’a pas eu à déplorer d’accident de personnes.

On n’a pas encore pu trouver les auteurs de cette criminelle tentative. M. le sous-préfet d’Alais s’est immédiatement transporté sur les lieux.

Le Petit caporal 15 novembre 1884

Bessèges, 13 novembre.

La nuit dernière, une violente détonation réveillait en sursaut les habitants de Bessèges.

Des mains criminelles avaient fait éclater une forte charge de dynamite contre la maison de M. Vialla, ingénieur principal de la mine Lalle.

Les dégâts sont considérables. Toutes les vitres de la maison sont pulvérisées.

Un angle du bâtiment est complète ment démoli.

Les immeubles voisins ont été ébranlés par la violence de l’explosion et ont eu leurs vitres brisées. Par un hasard vraiment providentiel, on n’a pas eu d’accident de personne à déplorer.

La manière dont la charge a été placée prouve que les coupables ont l’habitude de manier la dynamite, et connaissent l’emploi de ce terrible explosif.

La panique est générale. Où s’arrêteront les exploits des anarchistes?

Le Courrier de Saône et Loire 15 novembre 1884

LES DYNAMITARDS DE BESSEGES

ALAIS. Le paquet d’Alais est toujours à Bessèges où il poursuit l’enquête ouverte à la suite de l’explosion de dynamite qui s’est produite. De nombreux témoins ont déjà été entendus. Les nommés Saujet, Thomas et Balat, qui avaient été arrêtés, ont pu établir un alibi et ont été relâchés. Deux nouvelles arrestations ont été faites, celles de Joachim et Gaucherand.

Le Gaulois 17 novembre 1884

Bessèges, 25 novembre.

Cette nuit, une cartouche de dynamite, déposée contre le mur de l’église des Salles, de Gagnières (Gard), a fait explosion.

Les dégâts sont purement matériels. Un trou de quarante centimètres de profondeur sur soixante-cinq de hauteur a été fait dans la muraille.

Malgré les recherches les plus minutieuses, opérées par la gendarmerie, on n’a pas encore découvert les coupables.

Mémorial de la Loire et de la Haute Loire 26 novembre 1884