Commissariat spécial Lyon le 9 octobre 1883

près La Préfecture du Rhône

Monsieur le Ministre,

J’ai l’honneur de vous informer qu’hier soir, vers 11h15, en sortant de la réunion anarchiste tenue salle de l’Elysée, 11 rue Basse du Port au Bois à la Guillotière, avec le concours du sieur Crié de Paris, l’agent Colomb qui y avait été envoyé en surveillance, a été victime d’un attentat qui aurait pu avoir des conséquences graves.

A la sortie, cet agent se trouvait au milieu du public,lorsqu’un malfaiteur a répandu, sans qu’il ait pu s’en apercevoir, sur le côté droit de son paletot, à la partie inférieure, une matière grise, s’enflammant au contact de l’air. Cette matière qui s’est écoulée sur son pantalon, jusqu’à la partie inférieure de la jambe droite.

Arrivé à l’angle de la rue Basse du Port au Bois et de la rue Mortier, à 30 mètres environ de la salle de l’Elysée, la partie de ses vêtements imbibée de cette matière s’est tout à coup enflammée et il a eu beaucoup de peine à éteindre le feu avec l’aide de son collègue Martin.

Le paletot a été légèrement brûlé à la partie inférieure, côté droit, et le pantalon sur presque toute la partie extérieure de la jambe droite.

En éteignant ses vêtements, l’agent Colomb a eu la main droite brûlée en plusieurs endroits mais légèrement et sans plaies. Il a également quelques brûlures à la jambe droite sur le côté du genou.

S’il n’a pas été blessé plus grièvement, c’est parce qu’il portait un caleçon qui l’a garanti et qui a été brûlé également en partie.

Conduit au poste des gardiens de la paix de la place du Pont, il a reçu les soins d’un pharmacien.

L’anarchiste Vitre, gérant du Drapeau noir est soupçonné d’être l’auteur de cet acte criminel.

Je vais constater ce fait par un procès-verbal que je vous transmettrai le plus tôt possible.*

Le commissaire spécial.

*Phrase barrée dans le document original

Source : Archives départementales du Rhône 4 M 306