Une cartouche de dynamite explosa au hameau Ste Eugénie sur la fenêtre de François Ducarouge, maître-mineur

Renseignements généraux

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers une heure du matin, une explosion de dynamite a eu lieu au hameau de Sainte-Eugénie, près du puits de ce nom, commune de Montceau-les-Mines. La cartouche a été placée sur l’appui de la fenêtre du sieur Ducarouge, François, maître-mineur.

Cette fois, les bandits avaient déposé avec beaucoup de soin l’engin meurtrier.

A la matière explosible, placée sur l’appui d’une croisée du rez-de-chaussée, se rattachait une mèche ayant six mètres de longueur, ce qui permettait au malfaiteur de s’éloigner sans péril après avoir préparé son œuvre de dévastation.

Les suites de l’explosion ont été terribles.

L’appui de la fenêtre a été démoli, la fenêtre a été complètement brisée et ses débris ont été projetés violemment à l’intérieur de la maison où ils ont détérioré le mobilier et laissé de nombreuses et profondes empreintes sur les murs.

Il y a eu, en outre, 18 vitres brisées à diverses fenêtres de la maison. La maison de Ducarouge a été lézardée et menace maintenant ruine.

Et sans une précaution qu’expliquent les circonstances, on aurait eu à déplorer la mort de plusieurs personnes.

En effet, depuis le dernier attentat, Ducarouge et sa famille, au lieu d’occuper les pièces qui donnent sur la rue, habitent l’appartement opposé, séparé du premier par une forte muraille, qui a préservé ces braves gens d’une mort certaine.

Les lettres de menaces recommencent.

Courrier de Saône et Loire 9 avril 1883