La Chaux de Fonds le 4 novembre 1881
Comme nous avons en Suisse des élections générales et que cela causait un mouvement assez agité, le comité n’a tenu sa réunion mensuelle que mercredi soir et la soirée a été remployée à la lecture des rapports de l’organisation de l’Internationale des travailleurs.
Toutes les lettres reçues annoncent que les groupes se constituent avec une grande activité.
Jusqu’au premier du mois, le chiffre approximatif des adhérents est d’environ 120.000 répartis comme suit :
Pour Paris, le groupe du Panthéon, celui de Levallois-Perret, la Jeunesse socialiste de Paris, le Cercle International de Paris, l’Alarme, les Jeunes travailleurs, l’Alliance socialiste révolutionnaire de Paris. Trois groupes dans le 20e arrondissement, organisés par Rysto, Leboeuf et Dussard, deux groupes nouveaux dans le 11e (Prin et Haussaint) deux dans le 6e (François et Boudier).
A Marseille, trois nouvelles sections érigées par Fava, Pillet et Cadennet.
A Lyon, deux sections nouvelles de groupes socialiste révolutionnaires.
Deux sections de la société révolutionnaire de Vienne (Isère) et trois autres à Reims.
Le comité attend les rapports de Nice, Bordeaux, Narbonne, Saint-Etienne et autres villes françaises, où l’organisation est entrain de se faire…
Pour Paris, l’organisation se fait pour les 14e, 12e, 18e, 19e, et nous avons des lettres de Martelet, Joffrin, Aubert et quelques autres qui annoncent leurs travaux, mais excusent le retard des rapports, parce qu’ils sont presque tous délégués au Congrès ouvrier socialiste ) Reims.
Tout cela prend beaucoup d’extension.
L’impression des brochures et des placards, décidé au congrès de Londres, se fait toujours avec une grande activité par les sections de Sonvilliers, mais l’argent manque un peu.
Droz
Source Pref. Pol Ba 441