Sûreté                                                           Paris le 7 mai 1892

Rapport

Surveillance du nommé Ravachol

La surveillance exercée à la Conciergerie, de minuit à 7 heures du matin au sujet du nommé Ravachol Léon, aucun incident ne s’est produit qui soit de nature a signaler au service.

Ce dernier a passé une nuit très calme.

Nous avons été relevés par nos collègues Charlet, Lécureuil, Laemmer.

Les inspecteurs

Gallet, (illisibles)

***********************

Sûreté                                                                               le 7 mai 1892

Rapport

Pendant la surveillance exercée de 7 heures du matin à midi auprès du nommé Ravachol, rien de particulier à signaler.

Monsieur le directeur, accompagné de trois personnes ont rendu visite au détenu dans sa cellule.

Les inspecteurs

Charlet, Lécureuil, Laemmer.

********************

Sûreté                                                                           Le 7 mai 1892

Rapport

Surveillance sur le nommé Ravachol

Nous avons l’honneur de rendre compte à Monsieur le commissaire de police, chef du service que pendant la surveillance exercée de midi à 7 heures du soir sur le nommé Ravachol, le détenu est allé à la promenade de 2 heures à 2 heures ½

A 5 heures ½, nous l’avons conduit devant M. Lascoux, juge d’instruction, muni d’une commission rogatoire du parquet de Saint-Etienne. Ce magistrat l’a interrogé sur les crimes qui lui sont reprochés :

1° assassinat du brocanteur de la Varizelle et de sa domestique commis en 1886.

2°Assassinat de deux vieilles femmes à Saint-Etienne commis le 28 juillet, un mois après son évasion lorsqu’il fut arrêté pour l’assassinat de l’ermite de Chambles.

Il lui a été présenté le marteau qui a servi à tuer ces deux femmes, il nie connaître cet outil et nie également être l’auteur des 4 crimes qui lui sont reprochés.

Chaumartin était présent comme témoins à l’interrogatoire et à déclaré que Ravachol lui avait dit être l’auteur de l’assassinat de la Varizelle, il a ajouté qu’il s’était vanté d’avoir « estourbi » cinq personnes et qu’il ne désespérait pas d’arriver à la douzaine.

Nous l’avons réintégré dans la cellule. En descendant nous avons vu Béala et la fille Soubère qui attendaient pour être interrogés par M. Lascoux.

Richer, Maigre, Sénart

Sûreté Paris le 7 mai 1892

Rapport

Surveillance du nommé Ravachol

La surveillance exercée à la Conciergerie de 7 heures à minuit au sujet du nommé Ravachol, Léon, aucun incident ne s’est passé qui soit de nature à signaler au service.

Ce dernier a été conduit à l’instruction de 7 heures ½ à 8 heures, lequel a été interrogé sur les assassinats et la violation de sépulture dont il est inculpé.

En sortant de l’instruction, monsieur le juge nous a demandé ce que faisait Ravachol. Il a été répondu à ce magistrat que l’inculpé lisait une bonne partie de la journée.

Ensuite de dernier a lu jusqu’à 9h ½ et il s’est couché, au moment où nous quittons la surveillance ce dernier dort d’un profond sommeil.

Nous avons été relevés par nos collègues Charlet, Lécureuil, Laemmer.

Gallet, (illisibles)

SOURCE : Arch. Préf. de pol. JA 8