Sûreté                                                                   Le 5 mai 1892

Rapport

Surveillance sur le nommé Ravachol

Nous avons l’honneur de rendre compte à Monsieur le commissaire de police, chef du service que pendant la surveillance exercée de 7 heures du matin à midi, sur le nommé Ravachol, il ne s’est rien passé de particulier de nature à être signalé.

Le détenu est allé à la promenade de 9 heures à onze heures et a été ensuite réintégré dans sa cellule, où il lit presque tout le temps.

Richer, Maigre, Sénart

***********************

Sûreté                                               Paris le 5 mai 1892

Rapport

La surveillance exercée à la Conciergerie de midi à 7 heures, au sujet du nommé Ravachol Léon, aucun incident ne s’est produit qui soit de nature à signaler au service.

Ce dernier a lu toute l’après-midi.

Nous avons été relevés par nos collègues Charlet, Lécureuil, Laemmer

Gallet, (illisibles)

****************************

Sûreté                                                                Paris le 5 mai 1892

Rapport

Surveillance de 7h du soir à minuit.

Le nommé Ravachol a cherché à nous démontrer que l’argent était la cause de tous les maux en s’appuyant sur le principe suivant : « que personne ne pouvait s’enrichir, ni améliorer son sort par la détention de fortune, ne chercherait à nuire aux autres, ni à tromper son prochain, ne voyant aucun moyen de se créer un bien être supérieur à ceux qui l’entouraient ».

Il s’est ensuite livré à la lecture et s’est couché vers onze heures.

Les inspecteurs

Charlet, Lécureuil, Laemmer

*******************************

Sûreté                                                 Paris, le 5 mai 1892

Rapport

Surveillance de 12h du soir à 7h du matin

Le nommé Ravachol a dormi d’un sommeil paisible.

A 7 heures, moment de notre départ, il s’est levé.

Charlet, Lécureuil, Laemmer

SOURCE : Arch. Préf. de pol. JA 8