Sûreté                                                                          Le 15 avril 1892

Rapport

Surveillance sur le nommé Ravachol

La surveillance exercée de 7 heures du matin à midi* sur le nommé Ravachol n’a rien amené de nature à être signalé au service.

Nous avons été relevés par nos collègues Charlet, Lécureuil et Lesmer.

Gallet, Richbourg, (illisible)

*************************

Sûreté Paris le 15 avril 1892

Rapport

Surveillance de 7h du matin à midi*

Le nommé Ravachol nous a témoigné le désir ardent qu’il aurait de voir son frère et s’est livré à la lecture le reste du temps.

Les inspecteurs

Charlet, Lécureuil, Laemmer

*******************

Sûreté                                                              Paris, le 15 avril 1892

Rapport

Ravachol nous a continué le récit de l’affaire de Notre Dame de Grâce.

Ci-joint une copie de ce récit**.

Le brouillon ou Minute lui a été laissé comme il nous l’a réclamé, ne voulant plus continuer à nous donner des détails si on ne le lui laissait pas.

Il a reçu la visite de son avocat qui l’a informé que son frère était à Paris et qu’il allait faire le nécessaire pour le faire communiquer avec lui.

Il lui a dit aussi que c’était un journaliste qui avait amené son frère à Paris.

Les inspecteurs

Charlet, Lécureuil, Laemmer

***********************

Sûreté                                                                  Le 15 avril 1892

Rapport

Surveillance sur le nommé Ravachol

Nous avons l’honneur de rendre compte à Monsieur le commissaire de police, chef du service, que pendant la surveillance exercée de minuit à 7 heures du matin sur le nommé Ravachol, il ne s’est rien passé de particulier à être signalé.

Le détenu dormait à notre arrivée d’un sommeil paraissant très calme et ne s’est réveillé qu’à 6 heures ½ du matin.

Richer, Maigre, Sénart

SOURCES : Arch. Préf. de pol. JA 8

*Les deux rapports portent les mêmes heures

** Cette copie ne figure pas au dossier