Octave Jahn. Document Dictionnaire des militants anarchistes.

Algérie                                                       Alger le 12 avril 1894

Parquet du procureur général

Direction des affaires criminelles et des grâces

Monsieur le Garde des sceaux,

J’ai l’honneur de vous rendre compte que le 4 avril courant, le service de la police de sûreté à Mustapha-Alger a procédé à l’arrestation de l’anarchiste Jahn Octave, condamné par contumace, à deux années d’emprisonnement, par la cour d’assises du Rhône, et à une année de la même peine, par la cour d’assises de Montbrisson, pour provocation aux crimes de meurtre, pillage et incendie.

Cet individu qui est, en outre l’objet d’un mandat d’arrêt de M. le juge d’instruction de Marseille, avoue avoir subi diverses condamnations en Belgique et en Hollande. Il s’était dernièrement réfugié en Espagne, où il se vante d’avoir pris part à divers attentats à la dynamite. Il est venu de Murcie à Oran avec une cédule* au nom de Diego Vicente Vilar. D’Oran, il s’est rendu à Alger, où il s’est aussitôt mis en communication avec les anarchistes du groupe de Mustapha.

Lors de son arrestation, le sieur Jahn était porteur d’un long poignard. Il a spontanément déclaré qu’il n’aurait pas hésité à en faire usage contre les agents de la force publique, si ceux-ci n’avaient paralysé ses mouvements et ne l’avaient mis dans l’impossibilité de se défendre.

Une information a été requise par mon substitut d’Alger contre le sieur Jahn.

Le Procureur général

Source : Archives nationales BB/18/6450

*petite note