Département d’Alger :

Arrondissement de Tizi-Ouzou :

Commune de Tizi-Ouzou :

Auriol Henri : prêche la propagande par le fait

Arrondissement d’Alger :

Commune de Mustapha :

Autier Théodore, né à Royère en 1860, demeurant 9 rue de la Liberté. Aurait abandonné les idées anarchistes ; a cependant encore des relations avec ses anciens compagnons. Maçon.

Faure Jean Honoré : intelligent, énergique, dangereux, chef de groupe.

Thur Pierre : né à Mustapha en 1861, militant très dangereux, demeure 50 rue de Lyon, menuisier.

Commune d’Alger :

Augé Jean-Marie : militant, très violent, capable de tout.

Bataillon Pierre Marie : très dangereux, actuellement poursuivi pour complicité de vol.

Baïlac Gustave

Coll Antoine : militant très dangereux

Canet Jean : militant

Castagné Victor : dangereux, inculpé en 1891 ou en 1893 de vol de cartouches de dynamite mais relaxé faute de preuves. Mineur, puisatier.

Dutu Jean : anarchiste violent, peu connu.

Filliatraud Jean : militant, caractère violent, dangereux, faisait de la propagande auprès des militaires. Arrêrté en 1893 pour cris séditieux.

Giraud Benjamin, Pierre : militant

Goguet : anarchiste peu connu

Huet Baptiste : arrêté en 1893 pour complot contre la sûreté de l’Etat. Ne fréquente plus aussi assidûment les compagnons.

Humbert Ravinion : fréquente les réunions anarchistes, paraît dangereux.

Hayard Victor : discours violents dans les réunions publiques. Paresseux, ivrogne.

Lemoine Etienne, Gaspard : dangereux

L’Ecuyer Auguste : militant très violent.

Llobera Jean : d’origine espagnole a été l’objet d’un arrêté d’expulsion rapporté, concierge demeurant à la fonderie Mathieu, faubourg Bab el Oued.

Muzard Paul : militant très dangereux.

Michelier Joseph

Meyer Alfred : ancien commis des douanes, caractère faible, pas à craindre. Concierge.

Neveu : anarchiste violent et dangereux, ne travaille jamais.

Paillon Félix : militant

Périol Edouard : peu dangereux

Pelletier Pierre : arrêté en 1892 pour complot contre la sûreté de l’Etat, relaxé.

Rageaud Joseph : militant

Ruellot Armand : militant très dangereux.

Romans Arthur : très militant.

Ressegnier Mathieu : militant très dangereux.

Salicis Paul : très militant.

Santoro Pascal : dangereux et violent, réunit souvent chez lui les anarchistes. Sujet italien, il y aurait lieu de l’expulser.

Schetail Claude : représentant d’un brodeur de Lyon.

Tayen Arthur : militant très violent.

Xixonnet : militant violent, caractère exalté.

Commune de Sakamody :

Bouillé Pierre : militant dangereux, employé aux mines

Département d’Oran :

Arrondissement d’Oran :

Commune de Saint-Denis du Sig :

Dechezelles Emmanuel Martin : nature exaltée, actuellement poursuivi comme auteur de l’explosion d’une cartouche de dynamite. Comptable.

Arrondissement de Mascara :

Commune de Mascara :

Dutiron Pierre, né en 1860, demeure place Géry, auteur d’un ouvrage intitulé « La réhabilitation de Ravachol ». Mécanicien.

Arrondissement de Mostaganem :

Camélé : habiterait actuellement Perrigaux, arrondissement de Mascara, fort intelligent et instruit, cordonnier.

Département de Constantine :

Arrondissement de Constantine :

Commune de Constantine :

Clavel Henri : demeurant 54 route nationale, suspect d’avoir des attaches avec le parti anarchiste, chef d’atelier à l’Est algérien.

Dantin Joseph, Etienne, demeurant 1 rue Sassy, signalé comme ayant tenu dans les réunions des discours violents. Conduite et moralité excellentes. Peintre en bâtiment.

Pillot Albert : demeurant route de Batna, signalé comme étant en relation avec les anarchistes. Conduite régulière. Ajusteur à l’Est algérien.

Tauveron Jean : demeure 9 rue Grand, reçoit les journaux anarchistes, mécanicien à l’Est algérien.

Arrondissement de Batna :

Commune de Biskra :

Barth Louis : professerait des opinions anarchistes, plâtrier.

Arrondissement de Bône :

Commune de Bône :

Baudry Antoine : paraît exalté et dangereux, demeure 6 rue Louis Philippe, menuisier.

Biseglie Gaetano : demeure Colonne Randon.

Brulé : condamné à 10 ans de travaux publics, exécute sa peine, très dangereux, en correspondance avec les anarchistes militants de Paris, demeure atelier de travaux publics.

Chabrolin Louis : 32 ans, demeure rue du Croissant, tient des propos anarchistes, menuisier.

Coutureau Eugène : né en 1858, demeure 8 rue Daurémont (?), conduite irréprochable, cependant des lettres établissant ses opinions anarchistes ont été saisies. Ajusteur, mécanicien.

Source : Archives nationales BB/18/6448