Document Archives nationales BB/18/6449

Gouvernement général de l’Algérie                        Alger le 2 décembre 1893

Cabinet du secrétaire général du gouvernement

n°2875

Surveillance des anarchistes

Monsieur le Président du conseil,

J’ai l’honneur de vous faire connaître que conformément aux prescriptions de votre télégramme du 19 novembre courant, des perquisitions ont été faites au domicile des anarchistes les plus dangereux de la colonie.

Il résulte d’une lettre de M. le préfet d’Alger*, dont ci-joint copie, que les perquisitions effectuées chez les anarchistes Pellegrin et Bataillon ont seules abouti à un résultat intéressant. On a saisi chez Pellegrin une brochure manuscrite renfermant la formule de fabrication de la dynamite et de divers explosifs et chez Bataillon, 20 balles de cartouches Lebel, une fusée d’obus, quelques amorces d’artillerie et une boîte de chlorure de mercure. Un mandat d’arrêt a été lancé contre ce dernier actuellement à Oran**.

Un seul anarchiste m’était signalé dans le département d’Oran : le nommé Dutiron, domicilié à Mascara : on n’a découvert chez lui aucune matière explosible ; aucun instrument suspect, compromettant. Mais il a été trouvé en possession d’un manuscrit dont il est l’auteur et qui fait l’apologie du crime et du vol au sujet de l’attentat de Ravachol.

Parmi les individus faisant profession d’anarchisme, fixés à Constantine, aucun ne se trouvait dans les conditions voulues pour justifier des perquisitions domiciliaires.

A Bône, des visites ont été opérées chez les nommés Lauze Alphonse, Chabrolin Louis, Coutureau Eugène. Elles n’ont amené que la découverte d’objets sans importance, tels que journaux, publications, etc…

En portant ces faits à ma connaissance, M. le préfet de Constantine m’informe qu’un anarchiste du nom de Tauveron Jean a quitté cette ville, le 20 octobre 1893 et se trouverait actuellement à Montluçon ou a Montmarault (Allier). Ses parents seraient domiciliés à Montmarault. Je crois devoir vous signaler,à toutes fins utiles, le départ de cet individu.

Le Gouverneur général

Source : Archives nationales F7 12508

*Courrier du 21 novembre 1893 qui n’apporte pas d’éléments supplémentaires hormis : « Xixonnet a également quitté Alger, d’actives recherches sont faites dans le but de retrouver sa trace ».

**Information fournie par sa femme (courrier du préfet d’Alger du 21 novembre 1893)