Nous avons reçu d’Alger, un manifeste anarchiste, adressé aux travailleurs et placardé dans cette ville le 20 du mois passé.

Ce manifeste ( que nous regrettons de ne pas pouvoir publier) fait la critique et l’exposé de la situation des travailleurs algériens, que d’ailleurs nous connaissons suffisamment étant en tous pays de même.

Il conclut à la révolte individuelle en attendant le chambardement général.

Inutile d’ajouter que les policiers ont été braves, qu’ils ont su faire revivre Don Quichotte, de glorieuse mémoire, que les murs portent encore la trace des coups que leur ont distribués ces preux.

Graves historiens, ne manquez pas de vous illustrer, relatez dans vos annales les prouesses qui seront un jour la gloire de notre siècle !

La Lutte sociale 18 septembre 1886

Note complémentaire : D’après Philippe Bouba ce manifeste pourrait être attribué à Jules Xixonnet :

« Jules Xixonnet fut candidat abstentionniste aux élections départementales du Conseil général d’Alger du 19 septembre 1886. Son « manifeste » à ne pas appeler à voter pour lui fut placardé dans les rues d’Alger et appelait notamment à l’autogestion la fin de tout pouvoir : « Si l’on nous croit capables de choisir sagement l’homme qui doit nous représenter, pourquoi ne pourrions-nous pas nous acquitter nous-mêmes du soin de gérer nos propres affaires ? […] Étudions plutôt ensemble le moyen de nous passer de gouvernement et de vivre en hommes libres et conscients.». Xixonnet ne se présenta pas officiellement car son nom n’apparait pas dans la liste des candidats. »

L’Anarchisme en situation coloniale : le cas de l’Algérie. Organisations, militants et presse (1887-1962) par Philippe Bouba. Universite de Perpignan, 2014.