Nous recevons, à la dernière heure, de Montceau-les-Mines, la déclaration suivante :

« Compagnons,
« Les journaux de la réaction républicaine emplissent leurs colonnes de diatribes odieuses contre «la bande noire » qui vient de lancer la première étincelle de la très prochaine révolution sociale.

« Ces journaux affectent de nous prendre pour des cléricaux, pour les agents du bonapartisme, nous qui avons fait sauter les églises et les madones et qui exécrons le despotisme sous quelle forme qu’il se présente : césarisme, droit divin, orléanisme ou monarchisme républicain.

« Ce mot de « bande noire » a prêté le flanc à leurs hypocrisies et à leurs mensonges.

« Eh bien ! nous venons le leur dire bien en face, pour qu’ils ne puissent plus arguer l’ignorance : la « bande noire – c’est la « bande de la misère », le drapeau noir que nous avons arboré c’est le drapeau de la faim, de la grève, de la lutte à outrance sur le terrain de la révolution sociale, de l’anéantissement du capital, du patronat, de l’exploitation de l’homme par l’homme.

« Et dites-leur bien, compagnons, que malgré la persécution qui nous écrase, malgré les soldats de l’Empire, les magistrats de l’Empire, les valets de l’Empire,
Nous sommes prêts à relever demain notre drapeau jusqu’à ce que la victoire ait couronné nos efforts et nos sacrifices !

« Vive la révolution sociale ! »

Les anarchistes de Montceau-les-Mines.

L’Étendard révolutionnaire : Organe anarchiste hebdomadaire 3 septembre 1882

Pour en savoir plus :

192 pages | 13 x 20 cm | 2017
17 euros | 978-23730902-3-9