La liste des groupes anarchistes publiée dans la Révolution sociale. Entête du journal, document Éphéméride anarchiste.

Le parti anarchiste

Alliance des groupes socialistes révolutionnaires.

Compagnons,

L’alliance des groupes socialistes-révolutionnaires se proposait depuis longtemps de renouer de sérieuses relations avec tous les groupes en communion d’idées avec elle mais avant d’entreprendre cette tâche, elle voulait chercher le mode le meilleur pour relier les groupes afin de donner une véritable cohésion au parti anarchiste.

Nous ne vous mentionneront qu’en passant les incidents qui se sont produits au congrès du centre ; les quelques numéros de la Révolution sociale que nous vous avons adressés vous auront fait connaître la situation.

L’alliance a complètement abandonné l’idée d’un groupe principal où toutes les relations seraient concentrées pour revenir à un mode plus simple et surtout plus en rapport avec nos principes. Ce mode consiste à prier tous les groupes de correspondre entre eux ; à cet effet l’alliance qui possède à peu près toutes les adresses, en envoie copie à tous les groupes afin que cette correspondance puisse commencer de suite.

Dès qu’un groupe existant apprendra la constitution d’un groupe nouveau, il devra l’indiquer à tous, afin que chacun, puisse au besoin, lui prêter son cours et son appui. Les questions seront mises à l’étude chez les uns, par les autres ; il est évident dès lors que toute espèce d’autorité disparaît et que chacun est obligé pour affirmer son existence de fournir sa part d’initiative.

Un autre avantage ressort de cette organisation ; c’est que le jour où l’administration gouvernementale essaiera de nous atteindre, au lieu de rencontrer une seule tête dont la destruction tuerait l’organisation toute entière, elle rencontrera autant de centres éclairés et résolus qu’il y aura de groupe.

En conséquence nous vous invitons à entrer en relations suivies avec les groupes dont les adresses suivent et nous vous demandons de nous prévenir du fonctionnement de ces relations, afin que l’alliance abdique son initiative générale, pour reprendre son rang dans l’armée des groupes révolutionnaires.

Pour l’alliance.

La commission

La liste que nous publions est loin d’être complète nous la reproduirons plusieurs fois et nous prions tous les groupes socialistes révolutionnaires indépendants dont il ne serait pas fait mention de vouloir bien nous indiquer au plus tôt le nom, l’adresse de celui de leurs membres avec qui les autres groupes peuvent correspondre.

Paris :

Alliance socialiste révolutionnaire : Maria, 113 rue Monge

Cercle des Ve et XIIIe arrondissements : Grave, 37 avenue des Gobelins.

Cercle d’études sociales du Panthéon : A. Crié, 63 rue Monsieur-le-Prince.

Cercle d’études sociales du VIe arrondissement : Guillet, 8 rue de la Barouiller.

Cercle d’études sociales du XXe arrondissement : Vaugeirs 26 rue Ramponneau.

Cercle de la jeunesse socialiste révolutionnaire indépendante : Violard, 81 rue Monge.

Groupe la Révolution sociale : V. Ricois, 7 impasse Naboulet (Batignolles).

Cercle anarchiste du XIe arrondissement : Nottermann, chez Pannard, 26 rue des Cendriers.

Levallois-Perret

Cercle d’études sociales : Courapied, 61 rue Vallier.

Puteaux

François Guillot

Marseille

Tressaud, 7 rue du Grand-Puits.

Lyon

Bernard, 157 rue Pierre Corneille

Cette

Hébrard, 101 rue des Cercleurs prolongée.

Groupe la Misère : P. Verdale, 32 rue de l’Hospice.

Béziers

Marty, libraire

Groupe la Plèbe : François Pelissier (noté Passier sur la liste des AD du Rhône), rue de la Citadelle.

Vienne (Isère)

Cercle d’études sociales : Martin, 15 rue Imbarde.

Bedarieux (Hérault)

Pagès, avenue Saint-Pons.

Rivesaltes

Moulines fils, 2 rue Saint-Just

Perpignan

Hagard chez M. Crousse, rue Challeman.

Narbonne

Groupe communiste anarchiste l’Alarme : G. Faliès, 254 place Perpignan.

Toulouse

Tranier, 7 rue Lafayette.

Libourne

Raoul Gaussens.

St-Etienne

Ricard, 2 impasse de la Pareille.

Montchanin-les-Mines (Saône-et-Loire)

Dumas, tourneur en poterie, 110 rue de la Gare.

Treigny (Yonne)

Dupré, jardinier aux Levaux.

Troyes

Enfroy, chez Lerat, 39 rue St-Jacques.

Reims

Thiery, 7 rue du Moulin.

Amiens

Morel, 16 bis rue des Briques.

La publication ci-dessus est la preuve de la constitution définitive en France d’un parti anarchiste socialiste révolutionnaire, qui va prendre place à l’avant garde du prolétariat.

L’agitation abstentionniste qui va se faire aux élections prochaines prouvera mieux que de longues phrases la vitalité du nouveau parti.

Toutefois il ne faut pas s’endormir dans une sécurité trompeuse et croire qu’on a résolu toutes les difficultés parce qu’on a organisé quelque chose.

De grands efforts ont été fait depuis deux mois ; il faut redoubler aujourd’hui d’activité, d’énergie et de courage.

Il faut mettre de côté toute les petites rancunes, toutes les animosités personnelles, toutes les querelles mesquines ; il ne faut plus voir que des amis dans tous ceux qui veulent sincèrement la Révolution.

La tâche que nous poursuivons est assez belle, le but que nous voulons atteindre est assez grand, pour que notre parti demande à ses libres soldats un peu de dévouement et d’abnégation.

La Révolution sociale 19 juin 1881


Nous avons reçu d’un grand nombre de nos amis en France et à l’étranger, des lettres qui nous félicitent d’avoir pris l’initiative de publier les noms des groupes anarchistes français et les adresses de leurs correspondants.

Comme nous le disions alors cette liste était était bien incomplète, et nous avons déjà reçu un certain nombre d’adhésions nouvelles.

Nous prions tous nos amis de nous faire parvenir au plus tôt l’adresse des groupes anarchistes que nous n’aurions pas encore signalés :

Paris

Groupe anarchiste du VIe arrondissement : Durand, 3 rue Guisarde.

Groupe Les Incendiaires : U. Buisson, 31 rue de Beaune.

Marseille

Club international : E. Desnier, 9 rue du Grand-Puits

St-Bauzelly (par St-Mamert) (Gard)

A. Aubanel, forgeron mécanicien.

St-Geniès de Magloire (Gard) :

Auguste Lautier au Cercle littéraire

Chantilly (près Alais) (Gard) :

Laurent Renaul

St-Etienne

Cercle les Outlaws : Bayle, 54 rue du Cimetière.

Corbie (Somme)

Lequien-Vasseur chez Mme Lardière

Mézières

Drouard, faubourg de l’Arche.

La Révolution sociale 17 juillet 1881


Paris

Lott (Loth?) 30 rue Beaubourg

Glais 18 rue Desours

Henon rue de Charonne

Lardet 21 rue Bisson

Vienne (Isère)

Groupe des Indignés : 12 rue Mermet

St-Etienne

Cercle les Outlaws : Petit, 21 rue des Chaudières

Treigny (Yonne)

Dupré Pathene, jardinier ou Devaux

Jean Cagnat

Marseille

Groupe des matérialistes de Marseille : Tressaud, rue des Grands-Puits

Amiens

Groupe l’Avant-garde : Paulet, 5 rue des Cordelierres

Le Creusot

Pierre Michaud, rue de l’Eglise

Villefranche (Rhône)

(Nom illisible)

Bordeaux

David Guérin, 25 rue David Junston

Le Havre

Dasonville, rue de Ribots

Villequier (par Caudebec)

Dumas, tourneur en poterie

Cette

Groupe de la Révolte : Donadieu, 39 rue de l’Hospice

Groupe des Ours : Sibilat, mécanicien

Groupe de l’Audace : café Chauvet, grand-rue

Liancourt (Oise)

Morel chez Roy

Troyes

Henry, 18 rue Gambey

Montières les Amiens

Jumel, 9 rue du Christ

Narbonne

Jarzuel fils, rue de l’ancien (?)

Liste sans date mais comportant des mises à jour par rapport à celles publiées par la Révolution sociale.

A. D. du Rhône 2 U 433 Affiliation à une société internationale (procès des 66)