La Seyne.

Une conférence anarchiste a été faite mardi soir, dans la salle des Folies-Seynoises, par un groupe de compagnons venus de Toulon, an nombre de dix-sept; trois pour parler, les autres pour former le bureau ; 228 personnes (chiffre exact), y assistaient. Ont pris la parole, les compagnons Riemer, Daumas et Montant. Ce dernier, qui s’exprime avec aisance et bien, a été particulièrement écouté. La réunion a été des plus calmes. Les théories sont ce que l’on connaît: le procès de la société actuelle, par un tableau outré des misères du peuple. Les orateurs ont été relativement modérés, plus d’un candidat à le députation en a dit parfois bien davantage et de plus carabinées. A signaler la déclaration d’un compagnon, ancien journalier dans nos ateliers, qui dit avoir été renvoyé parce que l’on s’était aperçu qu’il était trop intelligent. Ce qui est sans doute modeste de sa part, en même temps que flatteur pour les deux ou trois mille ouvriers qui n’ont pas encore été renvoyés, évidemment parce qu’ils en sont pas intelligents. La réunion s’est terminée paisiblement par la présentation d’un ordre du jour, qui faisait adhérer l’assemblée au programme anarchiste. Ce programme, bien que suffisamment édulcoré par les discours tout à fait pacifiques des orateurs anarchistes, l’ordre du jour n’a guère été adopté que par cinq ou six mains. Les orateurs ont levé la séance en criant : Vive la révolution sociale !

Le Petit Marseillais 9 février 1893