L’article « Les ouvriers de la 7e compagnie d’artillerie de Lyon. A leurs frères d’armes » poursuivi devant la cour d’assises.

Lyon, 6 décembre.

Aujourd’hui est venu devant la cour d’assises du Rhône le procès intenté aux anarchistes dont les noms suivent :

Bourdon, gérant de l’Etendard révolutionnaire, accusé d’avoir, en septembre 1882, publié un article intitulé : Les ouvriers d’artillerie de la 7e compagnie, et d’autres encore provoquant les militaires dans le but de les détourner de leurs devoirs, et d’avoir diffamé des agents de l’autorité publique.

Antoine-Marie Cyvoct et Victor Adolphe Bonthoux, accusés d’avoir, par des propos tenus publiquement dans une réunion qui a eu lieu le 16 août et le 4 octobre, à la salle de la Perle, provoqué au meurtre, au pillage et à l’assassinat, provocation non suivie d’effet. Dans cette réunion, d’après M. Baraban, commissaire de police, qui est entendu comme témoin, les accusés, Cyvoct notamment, ont fait voter la mort des jurés et des magistrats qui avaient condamné Crestin et Bonthoux à la cour d’assises le même jour. Bonthoux se serait livré dans cette réunion à la provocation au meurtre, au pillage et à l’assassinat. La dynamite et le poignard, a-t-il dit, doivent avoir raison de tout.

Les nommés Jean-Célestin Renaud et Ferdinand Victorin Jolly, accusés d’avoir, dans une réunion tenue à l’Alcazar, provoqué par des discours au meurtre et au pillage, à l’incendie, à la guerre civile, provocation non suivie d’effet. Jolly est en outre accusé d’avoir offensé publique ment M.le président de la République, en disant que s’il fallait tuer le président de la République il était prêt. Tous ont disparu depuis les derniers attentats, et, bien qu’on les ait activement recherchés, on n’a pu encore les retrouver. La cour, jugeant par contumace, a condamné : Bourdon, à un an de prison et 3,000 fr. d’amende ; Cyvoct et Bonthoux, à deux années de prison et 3,000 fr. d’amende ; Renaud et Jolly, également chacun, en deux années de prison et 3,000 fr. d’amende.

Courrier de Saône et Loire 8 décembre 1882