Paris le 23 juin 1891

Compagnons,
Le patriotisme décline de jour en jour entraînant dans sa chute le militarisme, cette incarnation facile de toutes les ignominies. Les difficultés que nous rencontrons dans cette lutte n’ont de valeur qu’en raison de la médiocrité de nos moyens, c’est donc à la perfection de ces derniers que nous devons nous attacher plus spécialement à ce point de vue le journal s’offre de (illisible) à nos regards car en effet c’est là un des plus puissants moyen de propagande. La bourgeoisie l’a fort bien compris aussi en use-t-elle avec une dextérité remarquable.
Si nous sentons l’importance de ce moyen et que nous nous pénétrions de son utilité, nous pourrons avec peu d’efforts le mettre à notre disposition. Nous croyons qu’en ce moment ce journal serait d’une grande utilité pour l’idée ; aussi comptons nous sur l’aide de tous les camarades pour qu’il ne soit pas d’une apparition éphémère.
Fait sur une base absolument libre, étant l’œuvre de tous, il aura besoin de la collaboration de tous et devra être accessible à tous, telle est la base sur laquelle nous nous attachons à faire cet organe.
Espérant que vous apprécierez les services efficaces que pourra rendre ce journal, nous comptons sur votre concours pour mener cette œuvre à bonne fin.
Nous joignons à cette lettre une liste de souscription que nous vous prions de faire circuler le plus rapidement possible en vous faisant remarquer que le premier numéro paru, il vous sera envoyé un nombre d’exemplaires correspondant à la somme souscrite sur votre liste que vous vous chargerez de répartir parmi les souscripteurs pour en faire l’usage qu’ils jugeront nécessaire pour la propagande.
Tout à vous et à la cause.
La Ligue des antipatriotes

Envoyer fonds et communications au compagnon Louis Perrault 5 rue des Panoyaux Paris XXe arrondissement

AD de l’Aube 5 U 268

Perquisition chez Paul Martinet, bonnetier à Ste Savine (Aube) le 21 novembre 1893

Le projet de journal évoqué dans cette circulaire aboutit peu après avec la parution de l’Anti-patriote dont le n°1 parut le 12 juillet 1891